Des mots pour être mieux, pour être Soi

Essayer encoreLâcher prise… une force ?

Que faisons-nous la plupart du temps face aux difficultés que la vie met sur notre chemin ? Nous avons appris qu’il fallait nous battre, être courageux, prendre les choses en mains… Face à un deuil ou une séparation, une maladie invalidante, un problème relationnel, un obstacle professionnel, nous « gérons » ! Le cortège des « il faut », « je devrais »… se met en place. Même s’il s’agit simplement d’un défi à relever, d’un objectif qui nous tient à cœur… Surtout pas question de se laisser aller, nous devons faire face, contrôler… Si, épuisés par cette lutte contre nous-mêmes ou les événements, nous finissons par craquer, nous vivons cela comme une défaite, un renoncement, avec l’amertume, la colère voire la dépression qui accompagnent souvent le retrait du combat.

Quelles sont les conséquences de tout cela ?

Dans tous les cas, nous souffrons, nous nous empoisonnons la vie… De plus, la résistance, la peur, la lutte nous coûtent une énergie incroyable, pompent nos ressources et notre capacité à agir efficacement. Pourquoi ? Parce que les émotions négatives, les tensions que nous nous imposons  nous empêchent de voir clair et de poser les actions appropriées, nous incitant à nous débattre plutôt qu’à prendre du recul et à utiliser judicieusement les opportunités ou les forces qui sont à notre portée.

De plus, ce à quoi nous résistons, persiste, car tout simplement nous bloquons ainsi les énergies de la Vie. Focalisés sur notre difficulté ou notre désir, nous lui donnons une importance énorme, qui occulte tout le reste, et nous donne finalement un sentiment d’incompétence, voire d’impuissance. Et le pire, c’est que les résultats sont souvent contraires à ce que nous voulons !

La solution, vous vous en doutez, se trouve dans l’acceptation et le lâcher prise. Ok, mais comment faire ?

lâcher prise, une force?D’abord lâcher prise, ce n’est ni renoncer, ni se résigner, ni ne rien faire. C’est adopter une autre tactique, apprendre une autre manière d’être. Utiliser à son profit notre énergie vitale ou le courant de la Vie, plutôt que de vouloir le maîtriser par notre mental ou notre volonté. Prendre conscience que nous avons en nous d’autres ressources, et les exploiter. Oui, cela s’apprend ! Et c’est tout bénéfice : d’abord, on se sent mieux, en paix, plus confiant. Ensuite, souvent, les choses « se mettent », comme on dit chez nous. Les situations se débloquent, les opportunités apparaissent… Tout devient miraculeusement plus facile !

Pour vous montrer que lâcher prise peut être vraiment simple, je vais vous donner ici 2 petits trucs ou exercices qui pourront vous aider en ce sens.

1- Déplacez votre attention

Vous avez sûrement déjà entendu parler de femmes qui désespèrent de devenir mères, adoptent un enfant, et se retrouvent tout d’un coup enceintes alors qu’elles n’y pensaient plus… Que s’est-il passé ? Elles ont lâché prise ! En cessant de se mettre sous tension dans leur désir de donner la vie, elles ont permis aux mécanismes physiologiques de fonctionner…

lâcher priseA un autre niveau, vous pouvez aussi vous libérer en déplaçant l’objet de votre attention : prendre du recul, des vacances, vous donner un nouvel objectif, centrer votre vie sur d’autres valeurs, reconstruire votre existence sur de nouvelles bases, vous faire plaisir autrement… L’important est de changer vos préoccupations sur le plan mental, émotionnel, voire physique, tout en vous laissant absorber par ce nouveau focus. Cela permet à des nouvelles solutions de surgir, aux énergies de se renouveler.

Bien sûr, suivant l’ampleur de ce que vous vivez, ce déplacement peut être rapide, ou prendre un peu de temps. L’important est de rester ouvert à cette possibilité et de faire confiance aux mécanismes en jeu.

2 – Dégager l’espace

Cette méthode est dérivée du Focusing de E. Gendlin, elle constitue (la première partie en tout cas) une étape de ce processus thérapeutique. Voici :

D’abord, centrez vous sur ce que vous ressentez ici et maintenant. Qu’est-ce qui vous tracasse ? Quels sont les problèmes que vous avez en tête ? Ils peuvent être importants ou dérisoires. Ne réfléchissez pas, contentez-vous de faire mentalement une liste. Si cela vous aide, vous pouvez écrire cette liste sur un papier, sans vous arrêter à rentrer dans une description. Enumérez vos problèmes, empilez-les, reculez et observez-les de loin.

lâcher priseRestez autant que possible détaché de ces problèmes. Puis, trouvez un endroit dans votre environnement où vous pourriez les ranger, momentanément en tout cas : une boîte, une armoire… si vous avez rédigé une liste, placez le document dans cet endroit. Sinon, faites-le mentalement. Ou alors, choisissez une personne en qui vous avez confiance : un personnage imaginaire, un guide, quelqu’un de connu qui vous inspire, une personne proche qui vous conseille… et confiez-lui mentalement votre pile de problèmes. L’idée est de les mettre de côté, de vous en détacher pour être ici et maintenant plus serein, quitte à y revenir la tête reposée. Vous sentez-vous un peu mieux ? Voilà un autre moyen de lâcher prise !

Voilà, j’espère que ce petit article vous aura un peu éclairé… Alors, d’après vous, le lâcher prise est-il une force ?

 

 

2 réponses à Lâcher prise… une force?

  • Eh oui, j’ai pu le constater ! C’est pourquoi je m’applique chaque jour à lâcher prise … Et quelle liberté ensuite !

  • Super! ce n’est pas toujours facile, mais lâcher prise permet de constater que nous sommes relayés par une force qui dépasse notre petit mental… et ça c’est réconfortant!

Vous pouvez laisser un commentaire!